KRAINK
Jérémie Gosselin: guitare acoustique, voix
Christian Gosselin: claviers, sax électronique, choeurs
Eric Gosselin: basse, choeurs

Une biographie
     Les frères Jérémie, Eric et Christian Gosselin forment ce trio révolutionnaire. Nés d’un père artiste visuel et d’une mère revendicatrice des droits des femmes, ces frères marient un style flyé avec du cran. Dicton préféré : « Nous devons être le changement que nous voulons voir dans ce monde. »

Une deuxième biographie (plus longue)
    Tout a commencé au mois d’avril en l’année 1999. Quand je dis tout, ce n’est pas du tout ce que je veux dire. Tout a commencé bien avant le mois d’avril, avant qu’il y ait des mois du tout. Pour rester aussi près de la vérité que possible (puisque c’est très difficile d’atteindre LA vérité) j’aurais dû dire que Kraink a commencé au mois d’avril 1999. Donc, laissez-moi me reprendre.

    Kraink a commencé au mois d’avril 1999. C’était une journée ensoleillée… bien que, même s’il pleuvait, je n’oserais l’admettre. Qui veut que le début de leur groupe soit marqué par la désapprobation de la nature? Ce serait comme avoir de la pluie le jour de ses noces. Une célébration réunissait la famille Cenerini, la fête d’un oncle. Une belle journée d’avril, surtout pour le Manitoba. Comme toute rencontre de famille, il y avait quelqu’un qui manquait à l’appel… vous allez avoir le plaisir de rencontrer cette personne un peu plus tard. Mais pour l’instant, vous allez rencontrer les membres fondateurs de Kraink : Eric Gosselin, Jérémie Gosselin et David Siddall. Eric et Jérémie étaient frères, ils le sont encore d’ailleurs. Eric et Jérémie étaient les cousins à David, ils le sont encore d’ailleurs.

    Tous trois étaient assis dehors, parlant de musique, Eric parlant de ses frustrations avec des anciens groupes musicaux. Silence. Eric reprend :
- Alors, est-ce qu’on commence un groupe?
- Okay, répondent Jérémie et David.
- Quand est-ce qu’on pratique?
- Dimanche, ça marche.
- Okay.

    C’est comme ça que les choses ont commencé. Les premières pratiques se déroulèrent avec Kraink qui jouait les chansons des autres. Mais cela n’a pas pris de temps avant que le groupe joue des chansons écrites par Jérémie, Eric et David. Kraink a contemplé participer à la Chicane électrique pour faire leur premier spectacle. La Chicane électrique, c’est « l’événement » pour les groupes musicaux manitobains qui commencent leur carrière. Mais, vu qu’Eric en est devenu le coordonnateur, le groupe a décidé de ne pas participer pour ainsi éviter un conflit d’intérêt. Bien que les conflits d’intérêt sont omniprésents dans l’industrie musicale, Kraink décide très tôt de résister aux appâts de la facilité et décide de passer par la porte étroite de la bonne éthique.

    Kraink décide alors d’enregistrer son premier maxi-disque pendant l’été 1999. Eh oui, le groupe apprend vite qu’il faut très bien planifier un disque pour le finir au temps prévu. Prévu pour la fin août 1999, le maxi-disque Tourner retourner fut lancé au mois de février 2000. Entre temps, Kraink joue son premier spectacle le 1er octobre 1999 à l’Affaire farouche, un rassemblement des étudiants du secondaire francophone au Manitoba.

    Mais, revenons au mois de juillet 1999. La personne qui était absente à la rencontre de famille en avril, c’était Christian Gosselin, le frère à Eric et Jérémie, ainsi que le cousin à David. Absent pour une bonne raison, Christian était en France. Comme vous le savez peut-être déjà, Christian fait présentement partie du groupe. Comme les films qui commencent avec la fin pour seulement finir avec la fin, ce qui crée l’intérêt, c’est le développement de l’histoire. Christian ne se joint pas au groupe dès son arrivée au mois de juillet; il se remettait plutôt du décalage horaire ou plus probablement, du groupe musical qu’il a quitté peu après son arrivée. Le premier indice de sa participation future au groupe fut le fait qu’il joua le piano pour Deux hommes avec leurs fusils, une chanson sur Tourner retourner qui exigeait le piano. Des rumeurs que Christian se joindrait à Kraink après le lancement de Tourner retourner circulaient à l’intérieur du groupe; je veux dire que le groupe en parlait.

    Le lancement de Tourner retourner peut être qualifié de vrai succès. Toutes les copies du maxi-disque se sont vendues en dix minutes; tout un accomplissement pour le groupe qui avait complètement autoproduit le disque, l’enregistrement, la réalisation, la pochette de l’album, le mixage et même la reproduction du disque. Et comme l’avaient prédit les rumeurs, deux semaines après le lancement, Christian se joignait à Kraink.

    Peu après que Christian se soit joint au groupe, Kraink a commencé à travailler sur son spectacle en vue de la Chicane électrique. La Chicane électrique est un concours provincial pour les groupes musicaux francophones. Bien que maintenant Kraink dise qu’il ne faut pas participer aux compétitions avec l’intention de gagner, en 2000, Kraink a participé à la Chicane avec l’intention, pour ne pas dire l’attente, de gagner. Kraink pratique donc les mêmes trois chansons pour quatre mois de fil, achète des habits de couleurs coordonnées, développe une chorégraphie (avec les membres du groupe qui dansent) et compose une chanson techno pour la chorégraphie. Si le groupe avait pu se catapulter sur scène avec l’aide d’un canon, il l’aurait fait, juste pour ce concours. Au cas où vous pensiez aller au prochain spectacle de Kraink en vous attendant à une chorégraphie, je peux vous dire d’aller au prochain spectacle en vous attendant à un excellent concert sans canons, chorégraphie ou crap.

    Après la victoire à la Chicane électrique, le groupe planifie son premier album. Après avoir mal calculé le temps que ça prendrait pour enregistrer leur maxi-disque Tourner retourner, la planification de l’album se fait de façon plus judicieuse. Kraink voulait finir l’album avant septembre 2001, parce que les lauréats de la Chicane ont le droit de faire un spectacle hors-concours l’année d’après. Donc, l’idée géniale était de lancer l’album à la Chicane électrique. Alors, l’album a été enregistré sur l’ordinateur de la famille Gosselin. Christian a ensuite passé des journées et des journées à faire le mixage de l’album. Avec la merveilleuse planification, l’album Armée lunaire fut lancé à temps, à la Chicane électrique, devant 500 spectateurs.

    Après le lancement de son premier album, Kraink fait plusieurs spectacles en sol manitobain. Au mois de septembre 2002, le groupe sort pour la première fois de sa province natale pour offrir un spectacle au Centre culturel francophone de Vancouver et pour participer à l’émission télévisée Un air de famille. Ce ne fut pas la dernière fois que le groupe sortit de sa province pour jouer devant de nouvelles foules.

    Déjà rendu au mois de mars 2003, Kraink commence à enregistrer son deuxième album complet. Cette fois-ci, le groupe décide d’enregistrer son album dans un studio professionnel, i.e. un studio où tu paies un dollar la minute et où il ne faut alors pas gaspiller son temps. Pour bien utiliser son temps en studio, Kraink enregistre son album une première fois sur l’ordinateur à Christian. Une fois que tous les arrangements étaient ainsi conçus et placés, le groupe entre en studio. À la fin des sessions, le propriétaire dit au groupe : « Hmm, c’est la première fois qu’un groupe finit dans moins de temps qu’il avait prévu. » C’est parce que c’était en effet la deuxième fois qu’on enregistrait l’album. À la fin avril, Kraink avait fini d’enregistrer son album ROI. Le groupe planifie son lancement pour septembre 2003.

    Au mois de juillet 2003, entre l’enregistrement et lancement de son nouvel album, Kraink se lance dans une fourgonnette et part pour une tournée de quatre spectacles à Montréal. À chaque spectacle, il y avait un nombre grandissant de spectateurs. À leur quatrième spectacle, au Petit Café Campus, il y avait une centaine de personnes venues spécifiquement voir Kraink.

    De retour au Manitoba, Kraink commence à planifier le lancement de son nouvel album. Les membres se décident de faire un spectacle où les chansons sont liées une à l’autre par une pièce de théâtre. Christian est le Roi, Eric est le leader de la révolte, Jérémie est le rat et David est le crieur de journaux. Ainsi, Kraink présente ROI le 18 septembre 2003. Ce spectacle unique est bien reçu par le public manitobain.

    Au mois de novembre, Kraink va à Moncton à la Francofête en Acadie pour présenter son nouveau spectacle. Ensuite, le groupe va à Montréal pour trois autres spectacles. Puisque cette tournée de deux semaines à Montréal et Moncton se passent pendant l’année universitaire, David, le batteur du groupe, ne peut pas mettre sa carrière universitaire en danger et ainsi, Kraink devient un trio des frères Gosselin. Maintenant trois, ils ont pu ainsi voyager de Winnipeg à Moncton dans une voiture au lieu d’une fourgonnette. Tout le monde à Moncton dit que Kraink est fou d’avoir conduit de si loin et il est difficile de ne pas être d’accord. Après le lancement de ROI le groupe voyage un peu partout au Canada pour offrir des spectacles.

    En juin 2005, Kraink enregistre un démo de deux chansons avec le réalisateur Norman Dugas. Ensuite, en octobre, le groupe va à Drummondville pour enregistrer un démo de trois chansons avec le réalisateur Davy Gallant. Ces deux très bonnes rencontres aident au groupe à développer leur propre studio et leurs propres habiletés en réalisation. Donc, pendant l’été 2006, Christian, Eric et Jérémie achète de l’équipement pour faire leur propre studio pour enregistrer leur nouvel album Après la grande guerre. Puisque le groupe n’avait pas besoin de payer pour un studio qui compte la minute, Kraink passe beaucoup de temps en studio pour expérimenter et développer les arrangements. De septembre à décembre, le groupe travaille sans arrêt pour finir l’enregistrement. À la fin du processus, le groupe est extrêmement content du résultat final de leur album.

    En octobre 2007, Kraink organise trois lancements pour leur troisième album; trois lancements pour que les spectacles soient plus intimes. Ainsi, on a eu le plaisir de faire trois spectacles devant de merveilleuses foules.

    La chanson Les cartes postales du nouvel album de Kraink grimpe les palmarès de CKXL, de CIBL et du RFA. Le groupe encore une fois voyage un peu partout au Canada pour jouer les nouvelles chansons de l’album Après la grande guerre.

    Pour le reste du développement de la biographie, il faudra lire les articles dans la section dossier ou lire les nouvelles…