Des beaux mots plein la tête
Retour

Deux gardes me suivent pour garder l’ordre
Ils me chuchotent de ne rien chanter
Leur baïonnette repose sur leur épaule
Toujours prête à me bâillonner
C’est plus facile de faire cesser
Une parole avant qu’elle ne soit prononcée
Ils brisent mon violon
Ils coupent ma chanson
Je reste là, je ne parle pas

     J’ai des beaux mots plein la tête

Les gardes me croient sirène
De ces femmes mythiques qui ensorcèlent
Ils ont peur que je les entraîne
Loin de leur port, proche de la mort
Que font les sirènes lorsqu’elles chantent?
Est-ce qu’elles chantent leur propre mort?
J’évite toute malchance
Je garde le silence

     J’ai des beaux mots plein la tête

Que font les humains lorsqu’ils s’entendent?

(j. gosselin)

Retour